Réduire la taille du texte
Aggrandir la taille du texte
Imprimez cet article
Retour à la page d'accueil

Les compétences engagées dans la pratique philosophique et leur concordance avec les Instructions Officielles

Il est indispensable de répondre précisément, dans un premier temps, à cette question : pourquoi faire de la philosophie à l’école primaire ? A quelles fins la philosophie doit-elle être enseignée ? Nous allons ainsi déterminer ici ce qu’elle permet de développer comme compétences chez l’élève, et nous montrerons que ces dernières représentent une grande part – et cela, de façon très diversifiée – des compétences devant être acquises à l’école primaire selon les Instructions Officielles.

L’objectif essentiel de la pratique philosophique étant d’apprendre à penser – Michel Tozzi parle très justement d’ « éveil de la pensée réflexive » -, celle-ci se retrouve au carrefour de la maîtrise de la langue (orale et écrite), de la construction d’un sens critique et de l’éducation à la citoyenneté. Et il faut d’emblée dire que si la pratique philosophique ne vise qu’un de ces trois domaines d’apprentissage, elle n’est plus à proprement parler philosophique – nous verrons pourquoi de manière plus détaillée dans notre deuxième moment.

Ainsi, si la visée ici est l’apprentissage du philosopher, il ne s’agira nullement de transmettre un quelconque contenu de philosophie, mais plutôt et surtout d’inviter les élèves à adopter un geste mental qui favorise une pensée réflexive. Or cette réflexion engage des compétences linguistiques, cognitives et sociales.

 Contact |  Accueil © Laurence BRETON 2008